Foire aux vins ou salons : les règles à suivre pour débuter

Un salon des vins est annoncé dans votre ville ? Un festival des vignerons ? Ou avez-vous trouvé dans votre boîte aux lettres un épais prospectus qui présente la foire aux vins à venir dans un supermarché ? Et si c’était là de bonnes occasions de constituer votre cave ? Peut-être. A condition de respecter certaines règles…

1. Une foire aux vins ou un salon qui vous convient ?

Vous souhaitez constituer votre cave. Vous possédez dans votre logement un lieu adapté pour stocker et bien conserver vos futures bouteilles. Très bien ! Seulement voilà, la première question à se poser avant de vous précipiter dans un salon ou une foire aux vins est d’abord celle-ci : cette manifestation est-elle effectivement une bonne opportunité ? Vous pourrez trouver plus bas une liste de salons et foires susceptibles de vous intéresser, mais elle n’est pas exhaustive. Primo, assurez-vous que vous aurez la possibilité de déguster : cela vous éclaire sur les qualités du vin et participe à votre « formation » en œnologie. Ensuite, d’une manière générale, écartez le salon ou la foire aux vins où ne sont pas annoncés de vrais vignerons et producteurs au risque d’avoir affaire à des vendeurs peut-être compétents mais évidemment soucieux de réaliser du chiffre d’affaires d’abord plutôt que de répondre à vos questions, de parfaire là encore votre apprentissage, et de nouer un contact…  Évitez également les rendez-vous destinés d’abord aux professionnels. Simple particulier, les exposants auront tendance à vous ignorer et préférer consacrer leur temps à des acheteurs potentiels venus pour acquérir des centaines bouteilles… Enfin, vérifiez si le salon est thématique (centré sur un seul type de vin, une seule région etc.) ou généraliste : s’il n’y a que du champagne, par exemple, vous pouvez effectuer une visite pour passer un moment agréable, mais ce n’est pas nécessairement le lieu à privilégier…

2. La foire aux vins : une affaire de méthode et de budget

Une fois ces préalables passés au crible, n’oubliez pas l’essentiel. A savoir votre budget de base et votre feuille de route (c’est-à-dire un bon dosage entre blancs et rouges, entre vins de garde et vins à boire dès l’achat…).

Il est utile d’avoir sur vous la liste de vos envies, pour reprendre le titre d’un livre célèbre. Mais des envies raisonnées. Sinon, dès le premier stand, emporté par votre enthousiasme et l’amabilité d’un exposant, vous risquez tout simplement d’avoir un coup de cœur qui va vous pousser à dépenser la moitié du budget dans un vin peut-être de qualité mais qu’il faudra conserver un certain temps (avec le risque que vos habitudes de consommation ne correspondant pas au timing : trop de néophytes ont ainsi pioché dans leur cave pour boire du vin encore trop jeune ou au contraire qui avait trop vieilli, et avait perdu sa substance…).

3. En salon la règle c’est goûter, mais ne pas boire

L’atmosphère conviviale du salon ou de la foire aux vins et l’amabilité sincère des exposants sont une chose, rester lucide et en pleine possession de vos moyens pour bien choisir et acheter en est une autre.

Une fois sur place, pensez à toujours recracher les vins que vous aller déguster. Cela prévient un début d’alcoolisation et surtout, cela évite une altération votre discernement… gustatif. Les producteurs et vignerons présents, s’ils sont sérieux, ne s’en offusquent pas et vous proposent même un petit seau à cet effet.

Ensuite,  pensez à respecter un ordre dans votre parcours – ne correspondant pas forcément au plan choisi par les organisateurs.

Là règle généralement admise est la suivante : blanc effervescent, blanc sec, blanc corsé, rouge léger, rouge puissant, vin moelleux et liquoreux. Les études ont en effet prouvé que le palais et le nez avaient des propriétés que certaines caractéristiques (acidité, amertume, teneur en sucre) peuvent perturber. Par ailleurs, n’oubliez pas régulièrement de boire un verre d’eau pour « nettoyer » votre palais et votre nez, et en quelque sorte réinitialiser votre logiciel gustatif. Un morceau de pain (évitez fromages ou charcuteries) peut aussi être le bienvenu.

4. Allier découverte et bonnes affaires

Si vous n’êtes pas encore spécialiste, aucun complexe à avoir, mais tout en recherchant de bonnes affaires pour constituer votre cave, profitez d’un salon ou d’une foire aux vins pour parfaire vos connaissances. N’hésitez pas à dialoguer avec les vignerons et producteurs, s’ils aiment leur métier, s’ils sont de vrais passionnés, ils seront ravis de partager leur amour du vin.

Pour autant, de même qu’on ne peut en quelques heures découvrir dans un grand musée toutes les facettes de l’histoire de l’art, gardez en tête que le plus sage est de vous consacrer lors d’une première visite à un thème particulier. Les vins jeunes, les vins de garde, telle ou telle région…

Autre souci auquel un visiteur est confronté, les critères de choix si vous devez comparer deux ou trois vins de même couleur et même cépage issus de la même région et appellation. Là encore, il n’y a pas de honte à avoir à questionner le producteur sur d’éventuels écarts de prix. Untel pourra expliquer avoir récemment opté pour de nouvelles méthodes de vinification entraînant un surcoût, un autre posséder des vignes anciennes qu’il vendange à la main ou des parcelles bénéficiant d’un micro-climat…

5. Et les supermarchés ?

La foire aux vins désormais bi-annuelles (une au printemps, une seconde à l’automne) organisées dans les grandes surfaces peuvent s’avérer de bonnes opportunités pour constituer sa cave. Il y a un avantage certain : grâce à la publicité, vous savez quels vins seront proposés (appellation, producteur, millésime) et vous pouvez en amont effectuer une première sélection grâce aux guides vendus en librairie, dans les magazines disponibles en kiosques et bien sûr sur Internet. Il y a hélas un inconvénient. En dehors des soirées VIP programmées la veille du jour J où seuls des clients déjà connus pour leur fidélité… et leur portefeuille sont invités, on n’y trouve pas de vignerons et producteurs avec lesquels échanger et il est encore rare de pouvoir goûter ce que l’on veut quand on veut. Attention enfin à faire vite : les bonnes affaires sont présentes en nombre limité (X bouteilles par magasin). N’attendez pas le dernier jour si vous avez repéré un petit bourgogne au bon rapport qualité-prix… Ou encore un grand Bordeaux de bon millésime (on trouve d’excellentes opportunités désormais, mais les quantités sont restreintes, car ces bouteilles ont vocation à appâter le chaland…).

6. Quelques salons et foires de référence

Impossible de citer tous les salons et foires (hors les foires aux vins des supermarchés). Voilà une sélection toutefois de rendez-vous réputés où même un amateur néophyte sera bien reçu et trouvera matière à constituer sa cave…

Janvier

Marché aux vins d’Ampuis (dans le Rhône), qui présente une belle sélection de vins des Côtes-du-Rhône septentrionales (nord de la vallée).

Fête de la Saint-Vincent en Saône-et-Loire : organisée chaque année dans un village différent.

Février

Salon Millésime Bio, le rendez-vous mondial du vin biologique au parc des expositions de Montpellier, route de la Foire, à Pérols (Hérault).

Salon VinoVision à Paris, réservé aux vins septentrionaux (régions ou appellations Alsace, Beaujolais, Bourgogne, Champagne, Jura, Savoie, Val de Loire).

Salon de l’Agriculture. C’est la grande foule, mais le vin y tient une place de choix…

Mars

Salon Vins & Terroirs à Toulouse : tous les vignobles de France sont représentés.
Saint Mont Vignoble en Fête dans le Gers : dégustations et atmosphère conviviale dans une dizaine de villages.

Avril

Salon des Vins des Vignerons Indépendants à Mandelieu-la-Napoule (Alpes Maritimes). Tout est dit !
Montpeyroux toutes caves ouvertes : un salon où seuls des producteurs de l’Hérault sont présents, mais leurs vins sont très différents…
Bien boire en Beaujolais : réservé aux vins de cette appellation, au château de Pizay.

Mai

Le salon Troglovinum en Touraine réunit de jeunes vignerons de Vouvray.
VitiLoire à Tours : on y trouve la plupart des 79 appellations du Val de Loire.

Juin

L’étonnant Salon des vins pétillants à Estaing dans l’Aveyron.
La Semaine parisienne des vins de Bourgogne a la particularité de se dérouler dans une cinquantaine de bars, caves ou restaurants en présence de professionnels (producteurs).
La Champenoise est une à Reims qui réunit grandes maisons, vignerons et coopératives.

Septembre

Fetsivini à Saumur.

Novembre

Portes ouvertes à Sauternes et Barsac dans une cinquantaine de propriétés de ce vignoble dédié aux moelleux et liquoreux.

Le salon des effervescents du monde à Dijon : 25 pays représentés et 650 vins présentés.

Salon Plappeville en Moselle : Près de Metz, un salon qui réunit des vignerons de France et des producteurs de l’appellation Moselle.

Décembre

Salon des vignerons indépendants à Paris : À la Porte de Versailles, plus de 1 000 vignerons vous accueillent.

Vignerons en Seine à Paris Bercy : Salon des vins bio et biodynamiques avec une vingtaine de vignerons présents sur la péniche Melody Blues, quai de Bercy.

Salon vins et gastronomie de Cherbourg et de Nancy. Toutes régions et appellations représentées.

Foire aux vins ou salons : les règles à suivre pour débuter
5 (1 vote)

2 réponses sur “Foire aux vins ou salons : les règles à suivre pour débuter”

  1. Personnellement j’ai acheté récemment du vin au supermarché lors d’une foire aux vins 🍷.
    J’ai fais une seclection de vin avec les critères suivants: régions et millésimes.
    J’avoue j’ai un faible pour l’année 2015 car même sans connaître tous les produits, l’année est gage de garantie à mes yeux.
    Et mon deuxième choix est d’orienter mes achats sur moins de la moitié de mon budget en bouteille de garde et l’autre sur des flacons à consommer dans l’année.
    J’ai pris du haut médoc , du grave, du saint chinon, saint Julien Lalande et du beaume de Venise.

    Je suis impatient de savourer un grave avec une belle pièce de viande.
    😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *