Comment lire une étiquette de bouteille de vin ?

Généralement, pour acheter une bouteille de vin, les personnes se fient à l’indication « Grand vin » sans savoir qu’il faut se référer à d’autres critères tout aussi important. Voyons dans le détail comment lire une étiquette de bouteille de vin.

Historiquement parlant, c’est au 19ème siècle que l’étiquette de bouteille de vin a été utilisée par les producteurs. C’est la Maison Chanoine qui a décidé la première d’installer cette fameuse étiquette vers 1820. Ensuite, la Maison Moët & Chandon suivit cette idée en adoptant une étiquette de bouteille. A l’époque, on considérait que le rôle de l’étiquette était de mentionner le contenu de la bouteille mais aujourd’hui, on porte un réel attrait à cette étiquette et les Maisons s’attachent à ce qu’elle soit réalisée avec soin. Depuis la loi sur les appellations d’origines, les étiquettes de bouteille sont toutes règlementées et représentent la carte de visite de la bouteille.

L’intérêt de l’étiquette d’une bouteille de vin

La légalité, associée à la capsule congé, donne la possibilité au vin d’être vendu. Les services de contrôle pourront alors vérifier la conformité du vin. Outre cela, l’étiquette de la bouteille permettra au consommateur d’avoir des informations précises et utiles sur la bouteille qu’il désire acheter.

 

Etiquette de bouteille de vin : Chateau La Dame Blanche 2008
Etiquette de bouteille de vin : Chateau La Dame Blanche 2008

Les informations obligatoires sur l’étiquette d’une bouteille

  • Pour les vins en AOC ou AOP, il faut que soit mentionné le nom de l’appellation et la mention “Appellation d’Origine Contrôlée” ou “Appellation d’Origine Protégée”
  • Pour les vins en IGP, on doit voir la mention “Indication Géographique Protégée” ou “Vin de Pays”.
  • Le nom ou la raison sociale et l’adresse de l’embouteilleur ou du conditionneur.
  • L’appellation : cette information est totalement capitale. Elle permet de voir que 100% des raisins viennent de la zone d’appellation d’origine contrôlée et que le vigneron a tout fait dans les règles de l’art concernant l’encépagement par exemple ou les rendements. Certes capitale, elle ne suffit pas pour déterminer si un vin est bon ou non.
  • Le numéro de lot commençant par un L, est également de mise et devra se trouver soit sur le col de la bouteille soit sur l’étiquette.
  • La teneur en alcool : exprimée en pourcentage, elle est essentielle sur une étiquette.
  • La contenance : que vous pourrez voir s’afficher en L, CL ou ML.
  • Les avertissements comme par exemple le logo « femme enceinte » : très important, car il n’est pas du tout recommandé de boire des boissons alcoolisées pendant la grossesse. La présence de Sulfites est obligatoire car les Sulfites sont considérés comme un allergène.
  • La provenance avec le nom du pays d’origine.

Les cas particuliers

Quand vous lirez une étiquette de bouteille, vous aurez affaire à des cas particuliers :

  • Le cas de la Bourgogne : on a droit à une appellation qui suit une hiérarchie : l’appellation régionale, l’appellation villages, 1er crus et grands crus. Viennent ensuite le nom du lieu-dit ou du climat en Bourgogne.
  • En Alsace, on a également droit à petit traitement spécial. Le domaine peut indiquer le nom du cépage sur son étiquette, mais cela n’entre pas en compte dans la culture française. Mais en Alsace, pour les blancs secs, il n’y a que l’Alsace AOP et l’Alsace Grand Cru AOP. Les domaines privilégient donc le cépage utilisé sur l’étiquette de la bouteille.
  • Les vins effervescents : ces vins obéissent à des règles qui leur sont propres car ils doivent indiquer trois mentions :
  1. Le dosage en sucres résiduels : il peut donc y avoir un vin doux, brut, extra brut, demi-sec, sec ou extra-dry.
  2. Le procédé de production : méthode classique, méthode dioise ou méthode ancestrale et rurale.
  3. Le blanc de blanc ou blanc de noir : la première appellation quand le vin est fait avec du Chardonnay et la seconde quand c’est un Pinot Noir et/ou Pinot Meunier.

plus d’informations sur l’étiquetage des vins effervescents

Les informations non obligatoire pour une étiquette de bouteille de vin

  • Le millésime : l’une des trois indications les plus importantes avec l’appellation et la propriété. Il permet de constater que 85% des raisins viennent de l’année indiquée. Il n’est toutefois pas obligatoire car tous les vins ne sont pas forcément millésimés. Mais si vous le voyez sur une bouteille, c’est que c’est un élément important.
  • Le nom du domaine : il permet de juger la qualité du vin. Avec l’appellation et le millésime, c’est une des mentions importantes.
  • La couleur du vin selon la liste des couleurs autorisées.
  • Les mentions relative aux méthodes de production : vieilli en fût de chêne par exemple.
  • La mise en bouteille : elle permet de connaître où le vin a été embouteillé. On recense trois principales mentions dont :
    1. « Mis en bouteille domaine/propriété/château pour un vin embouteillé dans la zone de vinification.
    2. « Mise en bouteille par nos soins/dans nos chais » pour un vin de négoce
    3. « Mis en bouteille par les producteurs réunis » coopérative réunissant les cuvées de multiples producteurs.
  • Le mode de fabrication (viticulture et vinification) : depuis le 1er août 2012, les vins produits en agriculture biologique ont la mention “vin biologique” et le logo AB. Une méthode de fabrication en biodynamie  sera indiqué par la présence d’un logo Demeter ou Biodyvin. Enfin il peut également être mentionné si le vin est dit naturel ou nature.
  • Les récompenses, médailles ou distinctions comme par exemple les médailles du Concours International de Lyon (Or ou Argent) ou Concours Général Agricole de Paris (Or, Argent ou Bronze)

La présence d’une contre-étiquette

Après avoir lu l’étiquette d’une bouteille, pensez à bien voir ce qui se trouve derrière la bouteille, car il pourrait y avoir une contre-étiquette. Comme l’étiquette en générale, elle permet de donner un maximum de données au consommateur sur la bouteille qu’il désire acheter. Généralement, dans le but d’alléger l’étiquette de base et pour avoir un rendu plus esthétique, les producteurs optent pour cette option à l’arrière. Comme informations, on peut donc retrouver :

  • Des idées d’accords mets/vin
  • Des informations sur la propriété ou le type de terroir
  • Les préférences d’exploitation en ce qui concerne la vinification ou la viticulture
  • Des idées quant à la conservation ou le service de votre bouteille.

Ainsi, l’étiquette de bouteille est donc la carte d’identité du vin. Afin de faire le meilleur choix, il est important de bien savoir la lire et la décoder. Certaines étiquettes vous donneront des informations complètes, d’autres se limiteront aux mentions obligatoires. Dans tous les cas, il est important de bien cerner les méthodes du producteur, l’appellation ou le millésime car ces mentions peuvent induire en erreur. Le millésime par exemple peut donner une bonne ou une mauvaise année, information générale à prendre avec du recul car certains producteurs réussissent de grand vin même les mauvaises années. Mais il faut aussi faire attention aux étiquettes qui sont trop « design » car elles peuvent cacher un mauvais produit et vice versa. Renseignez-vous !

Comment lire une étiquette de bouteille de vin ?
5 (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *