La Curieuse Compagnie : interview

Aujourd’hui je suis allé dans le 10ème à Paris pour interviewer la Curieuse Compagnie qui a ouvert un bar à vin ou une cave à manger comme ils aiment à l’appeler. J’ai rencontré le volubile Arthuro avec qui on a bien échangé et qui nous a livré quelques anecdotes bien sympathiques. Et Timothée, le sommelier de la Curieuse Compagnie qui nous a donné ses derniers coups de coeur vinicoles! Sans plus tarder commençons l’interview.

Julien : Peux tu nous présenter qui se cache dernière la Curieuse Compagnie ainsi que le concept de votre bar?
Arthuro : La Curieuse Compagnie existe depuis 2012 sous forme d’association. Au départ on était trois issus d’école de commerce, c’était partie d’un projet. On était tous en Chine et on voulait organiser des dîners sur le thème du vin, accords mets-vins, ce genre de chose… Donc on a commencé en revenant à Paris par faire des dîners et tous les vingt du mois on faisait une dégustation “le vin du mois” dans un lieu différent chaque fois. Donc c’était vraiment sous une forme événementielle. Après de fil en aiguille on a commencé par faire ces dégustations là pour des entreprises.
Il y a 3 ans et demi, bientôt 4 ans, Timothée qui est sommelier, nous a rejoint. On s’est retrouvé avec Tim et moi-même à développer ces dégustations pour des entreprises.

Julien : Comment ça se passait concrêtement? Tu allais directement dans les entreprises créer l’événement?
Arthuro : Non c’était sous la même forme dans des lieux différents pour des entreprises mais vu que ça restait sous une forme associative, c’est là qu’on s’est dit qu’il y avait peut-être quelque chose à faire. Timothée lui travaillait à l’époque chez Lavinia et moi je suis photographe. On avait tous les deux nos activités de notre côté et on faisait ces dégustations en plus. C’était pour le plaisir mais ça devenait de plus en plus pro en fin de compte. Donc de là avec Tim on s’est regardé dans le blanc des yeux et on s’est dit : bon, qu’est ce qu’on fait, on y va?

Julien : Alors la question, c’est qu’avez vous fait?
Arthuro : Eh bien on est partis donc il y a 2 ans de cela pendant 3 mois dans les vignes à la rencontre des vignerons et cette idée-là elle a germé sous la forme d’un kisskissbankbank [la vidéo ci-dessous NDLR], donc d’une campagne participative. C’était un reportage photo ça s’appelait “va te faire voir en nature” et la campagne a récolté 7000 euros et nous a permis de partir un été tous les deux en van à la rencontre des vignerons à la recherche du flacon.

Arthuro (suite) : Là on a tissé des liens. L’ouverture de cave était en tête mais ce n’était pas encore vraiment défini, on avait pas de lieu, et de concept déterminé. Mais dès le départ on savait que ça serait des dégustations orienté dans bio, vin naturel et vin biodynamique. Ca c’était le fil conducteur depuis le début. Et en revenant de ce tour, on a commencé à créer le business plan, a faire le tour de nos amis pour voir ce que les gens pensaient du projet. On a également sollicité les vignerons. Et donc il y a 6 mois on a pu récupérer ce bail et on a été rejoint par Nicolas qui est donc notre troisième associé qui lui est entrepreneur. Du coup on se retrouve avec un sommelier, un photographe et un entrepreneur.

Julien : 3 associés avec des parcours différents, vous avez mutualisés les compétences pour faire aboutir le projet de La Curieuse Compagnie.
Arthuro : Oui excatement, l’idée c’était d’assembler nos talents entre guillemet pour monter quelque chose ensemble.

Julien : Et alors ici le lieu ici, La Curieuse Compagnie, comment tu le définirais, c’est une cave ?
Arthuro : La Curieuse Compagnie c’est une cave à manger, c’est comme ça que le définirait Timothée moi je préfère dire qu’on est un bar à vin mais cave avant tout quand même. [il cherche à m’embrouiller là 😀 NDLR]

Julien : tu disais que le fil conducteur c’était le bio et le naturel, ça vous vient d’où ? Comment vous en êtes arrivé à cette réflexion ?
Arthuro : Déjà avant le tour des vignerons, c’était parce qu’on a chacun une sensibilité sur ce qu’on consomme.
Timo et Nico sont des purs “carniste” voilà, des très bons vivants. Moi je suis végétarien donc on était déjà sur deux trucs un peu différent niveau bouffe. Mais de toute façon ce qui fédère ton mode d’alimentation c’est le vin au final. C’est la qualité et c’est le vin. C’est comment tu accompagnes ce que tu manges. Et comme on était sensibilisé tous les trois sur le bien manger avec chacun nos logiciels propres, ça c’est fait naturellement sur le vin. Sur des vins qui sont bon pour le corps et bon pour le coeur.
Après pendant le tour des vignerons on a rencontré Claude et Lydia Bourguignon qui ont eu une vrai réflexion sur la biodynamie, qui sont d’ancien chercheur de l’INRA en agronomie. Au fur et à mesure des discutions avec les vignerons, on s’est rapproché plus sur la biody qui est un concept philosophique dont découle plein de choses dans notre société, en termes d’éducation, ce n’est pas que de l’agriculture et ce n’est pas limité qu’aux vins.
On a bien adhéré à cette philosophie là qui est de Steiner contemporain de Goethe et après on a tissé quelque chose autour de ça et on s’est retrouvé tous les trois.

Julien : Revenons sur votre tour des vignerons, vous avez fait toutes les régions, est ce que tu peux nous en parler un peu plus en détail?
Arthuro : On a fait les principales régions viticoles mais par exemple on n’est pas allé en Champagne. On est donc parti en van mais un moment donné il fallait quand même rentrer, donc on a pas pu aller en Champage mais il y a certaines régions où on a passé plus de temps. Par exemple le beaujolais, on a été happé par le Beaujolais en vrai traquenard par notamment la nouvelle génération du Beaujolais avec le Damien Coquelet, Anthony Thevenet et Kéké Descombes. On pensait passer quelques heures, au final on a passé 2 jours avec eux. Vraiment si tu vas dans le Beaujolais, laisse toi happé mais pense à décaler tes rendez-vous d’après. (rire) Sur un second temps on s’est aussi attardé un peu dans le Jura parce qu’on a fait de belles rencontres. On ne se mettait pas de barrières en se disant il fallait qu’on reste tant de temps à chaque fois. Il fallait qu’on rencontre le plus de vignerons possibles mais après le moment de partage et l’émotion qui en découlait, c’est ça qui primait sur le reste. On a vu une cinquantaine de vignerons.

Julien : Et donc parmis ces vignerons, est ce que tu aurais des coups de coeur à nous partager?
Arthuro : Le premier qui nous a ouvert ses portes, en amont du tour de france, c’est Alexandre Bain, pouilly fumée [http://www.larvf.com/,domaine-alexandre-bain,10768,2014072.asp NDLR]. Lui nous a accueilli, on a eu un contact très facile avec lui et il a vraiment suivi notre projet. On se donne des nouvelles assez souvent et on est très content du coup d’avoir ses canons ici la cave. On a pu assister au labour de ses vignes à cheval. On a passé deux après-midi avec lui et une matinée et comme c’était le premier qu’on voyait je pense que ça nous a marqué. La dernière fois qu’on allait chez lui c’était le 4 décembre, on a pu goûter les prochains vins qu’il va faire. C’est du négoce mais du coup il sort des rouges, il sort des trucs super intéressants, on a tout gouté sur cuve, les vins ne sont pas encore fait.
Avec ce tour des vignerons qu’on a pu faire, c’est intéressant de voir l’évolution de leurs vins, qu’on puisse les gouter alors qu’ils ne sont pas finis, et deviner un peu ce qui va se passer, tu comprends toutes les étapes. Tu vois les vignes, tu rencontres les vignerons, tu vois comment il travaille et après tu goutes sur cuve avec les évolutions.

Mon deuxième coups de coeur c’est le Beaujolais le petit trio Damien Coquelet, Kéké Descombe et Anthony Thevenet. Anthony pour moi c’est grosse claque dans la gueule (rire), ils nous a fait gouter des trucs… C’était extraordinaire. Il a commencé il y a deux ans, il a déjà l’expérience! Et là on a reçu ces derniers vins, c’est fantastique. A gouter ici bien sûr. (rire) [ Cuvée Julia, Morgon NDLR]

[Thimothée arrive, manque de bol aujourd’hui il a la crève. NDLR]

Sur le troisième j’hésite entre deux vignerons du coup je vais quand même t’en citer deux en plus.
Dominique Léandre-Chevalier à Bordeaux [ http://www.lhommecheval.com/ NDLR], c’était avant tout le moment qu’on a passé avec lui qui était fantastique. Il nous a emmené dans les coins pépites de sa région, on a dégusté des trucs qu’il garde un peu en secret donc ça c’était un moment magique avec lui.

Et le dernier c’est Armand De Tilly à Bourgueil. On a passé une nuits dans ses vignes avec lui donc on a fait un feu sur le côté, on a fait grillé des trucs et on a dormi à la belle étoile, moment inoubliable.

[Thimothée s’assoit avec nous je lui pose la même questions qu’à son acolyte. NDLR]

Timothée : (vers Arthuro) tu as parlé de…?
Arthuro : (vers Timothée) Je te dis pas de qui j’ai parlé comme ça on va si c’est différent pour toi!

Timothée : Ecoute, moi j’ai beaucoup aimé les vins de Raphaël Baissas De Chastenet, son domaine c’est Nada Vandal Wine [ http://www.vandal-wine.com/ NDLR].  C’est un gars qui a commencé à vinifié à Calce. Il a commencé dans sa cave, plutôt dans son salon en fait, avec une petite cuve. Son premier millésime était déjà très bon. Il a réussi à récupérer des très belles parcelles via sa famille et il les a travaillé différemment. Donc lui c’est du vin sans intrants et sans produits de synthèse, son domaine s’appelle Nada Vandal Wine. Aujourd’hui il s’est vraiment installé de façon très sérieuse et ses vins gagnent en qualité. C’était un moment assez génial parce qu’on est allé faire la tournée de ses vignes, ensuite on est descendu voir son frère qui fait de la permaculture du côté de Perpignan puis on a fini sur le bateau de son Père qui envoyait des petites assiettes limite gastro, donc moment juste incroyable.

Arthuro : Avec un dessert spéciale… parce que sur le tour de France des vignerons on avait proposé aux personnes qui avaient contribué de nous rejoindre sur le tour. Et là à Calce on a eu Pierrot qui nous a rejoint et qui a apporté le dessert qui se mariait d’ailleurs très bien avec le dessert prévu de la glace Kumquat. [il faudra en reparler de ce dessert NDLR]

Timothée : Sinon en autre coup de coeur il y a la Closerie des Moussis. [http://closeriesdesmoussis.fr/ NDLR] Là c’est deux filles qui ont environ 3 hectares de vignes sur l’appellation Margaux, et elles sont entourées de tous les grands domaines. C’est un peu le David contre Goliath dans le sens où à chaque fois qu’elles veulent racheter des vignes, il y a tous les gros domaines qui appuient avec tous les moyens possibles pour éviter le rachat. Elles ont beaucoup de mal à récupérer des vignes. Elles font des vins vraiment incroyables, elles ont une parcelle qui est en préphylloxérique [ préphylloxérique ça veut dire qu’elle a été plantée avant l’apparition du phylloxéra qui est un insecte hémiptère qui a décimé les vignes Française un peu avant la fin du 19ème NDLR], des vins avec beaucoup de finesse, cousus main, c’est vraiment du beau Bordeaux tradition comme on pouvait en avoir au 19ème siècle, comme on peut l’imaginer.

What else, Fabien Bergeron, vigneron sur Saint-Joseph. [https://www.paris-bistro.com/vin/homme/fabien-bergeron-vigneron-de-saint-joseph NDLR] C’est vraiment une force de la nature, il est tâcheron à la base donc il travaille les sols de la vigne pour tous les vignerons du coin puis à force de crapahuter dans la montagne, il a dégoté 2 ou 3 petits terroirs qui sont très sympa, très qualitatifs. Et il a commencé à faire ses vins. Des vins vraiment à son image, ça sent le caillou, c’est dense, c’est vraiment puissant. Et ça c’est vraiment du très très beau travail, surtout ce qu’il fait au niveau des sols. Il travaille tout à la pioche, au treuil, c’est vraiment des terroirs qui sont très difficile à travailler, des coteaux, très pentus, donc il y a pas de mécanisation possible autre que de travailler les sols de façon naturelle.

Julien : Quels sont les prochains projets de La Curieuse Compagnie?
Arthuro : Là on veut essayer de s’associer avec “Nicolas” pour ouvrir des caves dans toutes la France (rire). Non, là on veut ouvrir la Curieuse Compagnie le midi pour les beaux jours et après ce qu’on veut c’est faire venir des vignerons pour organiser des dégustations avec eux. Parce que nous on a eu la chance de les rencontrer mais nos clients et les curieux du vin n’ont pas forcément cette chance pour dégager du temps et aller voir les vignerons. Donc c’est faire venir les vignerons ici et en priorité ceux qui nous ont déjà ouverts leurs portes et qui seraient ok pour faire gouter leurs canons ici. Voila donc tous les samedis on voudrait organiser un événement qui s’appelle “ça me dit” avec des vignerons ou des dégustations de produits. Et continuer à faire des dégustations événementielles aussi et pourquoi pas faire un partenariat avec toi!
Et comme je te le disais, notre tour de France c’était aussi un reportage photo, bon là comme tu peux le voir les murs sont vides à part notre magnifique étagère de vins designé par le frère de Thimo. On a pas trop de décors et on veut habiller tout ça avec les photos qu’on a faites pendant le tour.

Julien : Vous avez un blog ou un site de la Curieuse Compagnie où on peut voir tout ça?
Arthuro : Alors sur notre page Instagram on reposte tous les jours une photo de notre tour. Il y a la story aussi qu’on fait tous les jours sur Instagram et où tu peux découvrir le quotidien de la cave et parfois aussi des petits rappels sur ce tour de France. Et notre page Facebook la Curieuse Compagnie où on a fait un album par vigneron et il y a un texte qui accompagne les images.

Voilà c’est déjà fini! J’espère que ça vous aura plu, n’hésitez pas à cliquer sur les étoiles en dessous ça fait toujours plaisir.

Un grand Merci à Arthuro et Timothée pour leur disponibilité et leur gentillesse.
(je sais où je vais aller passer ma prochaine soirée… 🙂 )

Si vous avez aimé l’interview, n’hésitez pas laisser un commentaire ou cliquer sur les étoiles en dessous (5 😀 au minimum). Merci.

Arthuro & Timothée de la Curieuse Compagnie
Arthuro & Timothée de la Curieuse Compagnie
Adresse & coordonnées
32 rue de l’échiquier
75010 Paris
Ouvert du lundi au samedi à partir de 18h
Facebook : https://www.facebook.com/LaCurieuseCo/
Instagram : https://www.instagram.com/lacurieusecompagnie/
La Curieuse Compagnie : interview
5 (3 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *